En matière d’impôt sur le revenu, des questions ennuyeuses se posent toujours à tout citoyen contribuable pour savoir réellement le montant de son impôt à payer en 2013.

Dans ce cadre, le citoyen est en droit de se demander l’importance que pourrait créer la différence du montant à payer sur le passé et l’avenir pour les nécessités de la vie.

En effet, malgré une tendance à la suppression par étape des niches fiscales d’une année à une autre par le gouvernement et suite à aux revendications politiques qui se sont passées presque tous les ans à réduire au maximum l’impôt sur certains secteurs d’activité du pays.

Des nouveaux dispositifs de défiscalisation appelée défiscalisation 2012 ont été encore entreprises cette année pour permettre davantage de payer moins d’impôt en 2013.

Le phénomène incite toujours le monde financier très curieux de la réalité à connaître réellement les dispositifs entrepris et en déduire une approximation sur le montant du reste de son gain à percevoir pour mener convenablement sa vie.

Les lois et règles générales relatifs aux dispositifs de défiscalisation antérieure encore mise en vigueur à ce jour permettront toujours aux investisseurs de réaliser un investissement défiscalisant. Ces derniers pourront ainsi jouir de l’avantage fiscal correspondant au titre de leurs revenus de cette année. Pour cela, l’exécution de certains investissements peut toujours donner lieu dans ce cas là à une déduction fiscale, à une réduction d’impôt ou crédit d’impôt.

Qu’est-ce que le plafonnement global des niches fiscales ?

Par ailleurs, pour ne pas être désespérés sur le montant d’impôt à payer, tous les investisseurs doivent être au courant que la défiscalisation correspondante aux niches fiscales en 2012 relatives au rabattement d’impôt a un plafonnement global. Dans ce sens, ils ne devront pas espérer une économie d’impôt sur le revenu supérieur à un montant cumulé de certains avantages fiscaux, en appliquant la règle du plafonnement global des niches fiscales. Pour cela, le montant cumulé des avantages fiscaux (déductions, réductions d’impôt et crédits d’impôt) dont bénéficie un foyer fiscal ne peut pas procurer une réduction du montant de l’impôt sur le revenu supérieure à 18 000 € majorés d’un montant égal à 4 % de son revenu imposable soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Ce plafond s’applique aux dépenses payées et investissements réalisés depuis le 1er janvier 2012.

Catégories : Économie